Inscription
Close

Erika Lust

Réalisateur-Scénariste

dans ses bureaux - quartier du Born

Photos : Paola De Grenet - Textes Lucy Baluteig

Erika Lust est née à Barcelone. Cette ville m'a libérée, elle m'a permis de devenir celle que je suis aujourd'hui.

> Cliquez ici pour lire le portrait dans son intégralité

En 2004, Erika Lust n’est pas encore la pionnière de la pornographie féministe qu’elle est aujourd’hui. Elle n’est alors encore qu’une jeune suédoise diplômée en sciences politiques qui est venue étudier le cinéma à Barcelone et qui décide, pour son projet de fin d’études, de réaliser un court-métrage porno qu’elle diffuse en accès libre sur le net. Le reste fait partie de l’histoire : en quelques semaines, son court-métrage ‘The Good Girl’ est téléchargé plus de deux millions de fois et Erika devient Erika Lust. La carrière de la scénariste/réalisatrice/productrice de films indépendants pour adultes est lancée. Installée depuis onze ans à Barcelone, la suédoise se forge une réputation d’outsider dans le milieu de l’industrie porno : elle prone une vision, une esthétique, une créativité cinématographique laissant entrer les sentiments et les émotions dans un type narratif qui n’en connaissait clairement pas jusqu’alors (euphémisme). Mais surtout, Erika propose des scénarios où le désir de la femme est pris en compte. Si. Ses films x-confessions font un carton (un concept en ligne où les internautes peuvent partager leurs fantasmes et dans lesquels Erika pioche pour monter ses scénarios). En décembre 2014, Erika est invitée à s’exprimer lors d’une conference TEDeX à Vienne : « It’s time to change porn » (il est temps de changer le porno), une vidéo vue près de 400 000 fois. On y découvre une jeune femme intelligente, énergique, souriante et drôle qui parle avec une rare conviction de l’importance de considérer enfin le porno pour ce qu’il est : 1/3 du trafic sur internet. Une industrie gigantesque dont les vidéos en accès libre inondent littéralement la toile et -qu’on le veuille ou non- formatent l’éducation sexuelle de nos enfants. Et ça, ça ne plait pas à Erika.

C’est pour parler de cet activisme et de ses choix professionnels forts que nous souhaitions rencontrer la Barcelonaise d’adoption, volubile et polyglotte. Nous la retrouvons dans les bureaux de sa compagnie de production crée en partenariat avec son compagnon, Pablo Lust. Installés au cœur du quartier du Born, au premier étage d’un élégant immeuble ancien du Paseo Picasso, les bureaux sont immenses, lumineux, chaleureux. Et la déco -scandinave, il va de soi- est digne des meilleurs magazines de lifestyle à l’exception de quelques pénis installés en trophée ici et là. L’ambiance y est cozy, décontractée, jeune, presque startup-ienne. Erika nous reçoit assise derrière son écran Apple rempli de post-it. « Je me suis lancée dans le porno car j’étais frustrée de voir ce qu’il existait. 98% du porno est réalisé par et pensé pour les hommes, pour répondre à leur désir. C’est choquant de voir combien toutes ces vidéos sont stéréotypées, inintéressantes, de voir le peu de réflexions proposées sur ce qu’est l’intimité du sexe. J’ai ressenti un immense besoin de raconter des histoires porno dans la perspective d’une femme et de montrer le côté amusant du sexe, son côté cool, génial, inspirant, qui te fait sentir bien. Il y existe vraiment une possibilité pour créer quelque chose de différent ».

 

Erika Lust est née à Barcelone. Cette ville m'a libérée, elle m'a permis de devenir celle que je suis aujourd'hui.

Je demande à Erika si le féminisme qu’on lui attribue souvent dans la presse la caractérise en tant que femme et en tant que cinéaste. « En tant que personne sans aucun doute car je viens d’une société suédoise qui y attache beaucoup d’importance. J’ai grandi dans l’idée que la femme est l’égale de l’homme, que nous avons les même droits. Mais en tant que réalisatrice de films pour adultes, je ne dirai pas que je fais du cinéma féministe mais que je prends en compte le désir et les fantasmes de la femme, oui. Aujourd’hui, les jeunes filles pensent que le sexe c’est de répondre aux désirs de l’homme. Quand on est une fille, il faut être forte intellectuellement pour comprendre que ce n’est pas ça la norme ! On peut faire du vrai porno bien sale mais avec des valeurs égalitaires derrière. Aujourd’hui dans le cinéma porno, c’est un peu comme s’il n’existait que des blockbusters de stalone, Vandame et Scharzeneger et pas de ciné indépendant, pas de Jane Campion ou de Sofia Coppola. Je ne cherche pas à tout révolutionner. Je veux juste proposer une nouvelle vision ».

Dans la salle d’à côté, l’équipe de Erika installe une série de bureaux qui leur serviront de QG pour travailler sur la nouvelle production qu’il attaquent. Avant de partir, je demande à Erika comment elle voit la ville de Barcelone. « Barcelone est une ville incroyable. Je n’aurai pas eu la même vie si je n’étais pas venue ici. Je suis tombée complètement amoureuse de Barcelone en y venant à 20ans. La lumière, la joie de vivre, la spontanéité naturelle des gens et de la ville ont eu un impact énorme sur moi. Erika Lust est née à Barcelone, cette ville m’a libérée. J’y ai trouvé un monde international, des gens venus de partout, tous très ouverts, avec un état d’esprit semblable au mien. Barcelone m’a permis de devenir celle que je suis aujourd’hui.« 

Le carnet d'adresse de Erika Lust

Icon
QUARTIER DU BORN - C'est mon endroit favori dans mon quartier pour manger - ce sont des jumeaux italiens qui tiennent cet endroit, je les adore. Ils font les meilleures porchetta et buratta de Barcelone!
Icon
QUARTIER DU RAVAL - OK, cet endroit est maintenant fermé mais je voulais en parler car il reste un lieu très cher à mon coeur puisque j'y ai rencontré mon compagnon Pablo en l'an 2000 - Pablo est aussi mon partenaire-business dans la Lust Films Company. C'est tellement dommage que l'endroit ait fermé à cause des plaintes de bruit des voisins...
Icon
QUARTIER DE GRACIA - La ville de Barcelone est pleine d'excellents chefs donc je partage un autre restaurant favori : j'aime le côté un peu 'old school' de cet endroit où les serveurs portent costard et noeud papillon. Si j'ai envie du sandwich (bocadillo) parfait, c'est ici que vous me trouverez!
Icon
QUARTIER DE BARCELONETA - C'est le paradis des fruits de mer : les vues sur la mer sont superbes sea et on y mange la meilleure paella de la ville (et la meilleure sangria aussi!). J'aime venir ici les week-ends ensoleillées avec des amis et la famille.
Icon
QUARTIER DU BORN - J'y passe le plus clair de mon temps et je me considère chanceuse de pouvoir travailler ici. Les bureaux sont spacieux, lumineux et on est à deux pas du beau parc de la Ciutadella.... c'est juste l'emplacement rêvé dans le quartier du Born!