Inscription
Close

Esteban Bernatas

Directeur de cinéma

dans son cinéma, Sants

Photos : Paola de Grenet - Textes Lucy Baluteig

A l'ère de l'intelligence artificielle, je suis pour un certain anti-tech, je trouve qu'il faut revenir au côté obscur d'une salle où l'on vient pour vivre et ressentir un film.

> Cliquez ici pour lire le portrait dans son intégralité

Esteban Bernatas est catalan, né à Barcelone et ayant grandi aux Baléares. Après avoir étudié les Beaux-Arts à Nantes en France, il revient s’installer à Barcelone en 2000. Porté par l’envie de « créer quelque chose dans et pour la ville », il ouvre ZUMZEIG en 2013 : un cinéma indépendant d’art et d’essai, dans une ville culturelle qui pourtant n’en connaît aucun. « A Paris, on trouve beaucoup de cinémas de ce type mais à Barcelone, il n’y en avait pas » nous explique Esteban accoudé dans l’entrée de son cinéma. Installé au numéro 53 de la calle Béjar, une rue du quartier de Sants éloignée de l’agitation touristique de la ville, ZUMZEIG est un cinéma-bistrot chaleureux et intimiste avec une salle de projection unique, composée de 70 places. Le jour où nous rencontrons Esteban, une délicieuse odeur de quiche lorraine envahit l’espace. Plusieurs personnes discutent au comptoir autour d’une bière fraîche tandis que d’autres dînent sur une longue table en bois. On en oublierait presque que l’on est dans un cinéma.

« J’aime beaucoup Sants, c’est un quartier très associatif, avec plein de coopératives, j’aime bien cet esprit. » Pariant sur des films d’auteur et des documentaires ou court-métrages atypiques qui ne trouvent pas toujours de distributeurs, ZUMZEIG propose une programmation éclectique et engagée qui sort clairement du circuit commercial habituel. « Notre programmation est engagée mais pas activiste pour autant. Ce qui m’importe et ce qui m’intéresse avant tout, c’est de créer le débat. Et de donner à connaître ce que les autres ne font pas ». L’équipe de ZUMZEIg sélectionne des films du monde entier et organise souvent un débat post-projection avec la présence des réalisateurs – là encore, quelque chose que l’on ne voit pas ailleurs.

A l'ère de l'intelligence artificielle, je suis pour un certain anti-tech, je trouve qu'il faut revenir au côté obscur d'une salle où l'on vient pour vivre et ressentir un film.

« Ciutat Morta est un documentaire sur la corruption à Barcelone qui a remporté un prix au Festival de Malaga et que nous avons projeté ici. Il y a eu énormément de monde, c’était impressionnant. J’aime ce genre de films de proximité. On voit émerger une nouvelle génération de réalisateurs très bien préparée qui utilise les moyens digitaux pour mener à bien leur projets cinématographiques, c’est vraiment intéressant ».

Pari osé pour ZUMZEIG qui malgré la crise, maintient le cap et fait un pied-de-nez à ceux qui disent que le cinéma est mort. « J’aime l’idée d’aller au cinéma, il me semble fondamental qu’il y ait encore des salles pour que la jeune génération y prenne goût, que l’on soutienne le cinéma comme espace, comme lieu. A l’ère de l’intelligence artificielle, je suis pour un certain anti-tech, je trouve qu’il faut revenir au côté obscur d’une salle où l’on vient pour vivre et ressentir le film. D’ailleurs, j’aime bien faire le parallèle avec l’allégorie de la caverne Platon : ZUMZEIG, je l’appelle ‘la caverne’! ». Un lieu authentique donc et une démarche audacieuse que l’on a envie de soutenir pour ne pas oublier le bonheur d’aller au cinéma et la chance que nous offre ZUMZEIG d’accéder à des propositions cinématographiques uniques et atypiques qui célèbrent un cinéma vecteur de réflexion.

Le carnet d'adresse de Esteban Bernatas

Icon
Quartier du Gotic - Tout près de la Plaza San Jaume I, Rasoterra est un restaurant végetarien trop bon. Il est tenu par Chiara et Daniele - un couple adorable.
Icon
Quartier de Sants - Je suis fan de ces baskets fait-main à Barcelone dans le quartier de Sants, les Japonais se les arrachent. Mates était un sportif de haut niveau et il a crée ses propres chaussures qui sont devenues une marque à part entière. C'est Myrna, la fille du créateur, qui a repris l'affaire aujourd'hui. J'adore ma paire de Mates.
Icon
Quartier de Sants - Santa Ceviche se trouve juste derrière le marché d'Hostafrancs à Sants, on descends une vingtaine de mètres et on y est. Là, c'est Nancy (qui est péruvienne) qui cuisine : j'adore, je suis un vrai fan, j'y vais dès que je peux. Ses ceviches sont à tomber et Nancy est vraiment cool.