Inscription
Close

Juan Avellaneda

Designer

dans la boutique Santa Eulalia, Eixample

Photos : Christina Holmes - Textes Lucy Baluteig

Barcelone est une ville qui jouit d'une excellente image partout dans le monde : moderne, cosmopolite, décontractée.

> Cliquez ici pour lire le portrait dans son intégralité

Le rendez-vous est fixé en début de matinée sur le Paseo de Gracia, dans la très chic boutique Santa Eulalia – crée en 1843, la boutique a récemment été élue parmi les 30 meilleurs magasins de luxe dans le monde par le magazine Americain The Business of Fashion. Juan Avellaneda arrive dans un coup de vent, grand, fin, souriant, chaleureux. Vêtu d’un jean blanc, d’une chemise en col en ‘v’ en lin bordée d’un élégant galon noir de sa collection, ceinture de corde et paire d’espadrilles en jean Louboutin, il a la silhouette d’un mannequin et une élégance à l’italienne, raffinée et rafraichissante. A quelques semaines de l’ouverture du showroom Barcelonais de sa marque de vêtements – Avellaneda, une ligne de prêt à porter pour hommes haut de gamme – Juan nous montre quelques pièces de sa collection printemps-été en vente ici chez Santa Eulalia. Du coton, du lin, du daim, des chemises chic au col pyjama donc et des costumes en lin coupés dans un superbe tissu ikats dans les tons blanc et bleu – un costume que l’on a vu dans de nombreux magazines de mode ces dernières semaines. Trois ans à peine après le lancement de sa marque, il est aujourd’hui le seul designer espagnol présent dans cette sélective boutique de luxe, ses costumes côtoyant les plus grands noms de la mode tels Valentino, Gucci ou Saint Laurent. Débuts prometteurs donc pour celui qui voudrait imposer le « made in Spain » de sa marque comme l’emblème d’un style méditerranéen chic et cosmopolite. « Toutes les grandes maisons internationales font fabriquer en Espagne. Le made in Spain est signe de qualité et je veux m’inscrire dans cette même lignée, je ne veux travailler qu’avec ce qu’il se fait de mieux, tant au niveau des matières premières que du savoir-faire. Pour un designer qui se lance, il est difficile d’entrer chez les fournisseurs de ces grandes maisons mais pour moi c’est primordial. »

Etudes à la Central St Martins de Londres en Management créatif et spécialisation en parallèle dans les cultures asiatiques – par goût pour l’esthétisme, le sens du détail et la subtilité liée aux cultures asiatiques. Il travaille d’abord pour de grandes marques, partageant son temps entre Barcelone et Madrid, avant de décider de se lancer en solo.Je lui demande ce qui a motivé sa décision. « J’ai réalisé qu’il y avait de la place pour une marque de vêtements pour hommes haut de gamme mais décontractée, au style méditerranéen marqué et qui s’adresse à une clientèle internationale. Le showroom Avellaneda symbolise bien le style de la marque, c’est un lieu qui respire Barcelone, une ville du Sud qui est très cosmopolite. C’est important pour moi car il me semble qu’aujourd’hui, une marque de vêtements doit être plus qu’une simple marque, c’est un style de vie ». Jetsetter assumé, Juan dessine des vêtements pour un homme qui lui ressemble, élégant mais décontracté et surtout, décomplexé. Un casual-chic à l’américaine en version méditerranéenne.

Barcelone est une ville qui jouit d'une excellente image partout dans le monde : moderne, cosmopolite, décontractée.

Connu pour éditer chaque saison des blousons en peau à la coupe impeccable inspirée de la classique petite veste en jean, sa dernière version comporte des franges longeant les bras pour un look plus rock, résolument moderne. « Je suis né et ai grandi à Barcelone. Et depuis tout petit, j’ai toujours été fasciné par la mode. On pense souvent que la mode est quelque chose de futile mais je trouve que c’est le reflet d’une société, une certaine manière de s’exprimer. Le style Barcelonais – comme le Madrilène d’ailleurs – est assez conservateur, on n’aime pas prendre trop de risque. J’aime l’idée de réactualiser les codes vestimentaires locaux, il faut évoluer. Je recherche des coupes épurées, simplifiant les lignes au maximum pour proposer une mode masculine pleine de sensibilité. Ici, j’entends souvent que le lin est problématique car il se fronce. Je ne trouve plutôt que c’est beau, c’est ce qui fait son charme ! Le suède est fragile? Au contraire, plus on le porte, plus il se fait et acquiert une patine sublime. J’aime l’idée d’une mode luxueuse mais qui se porte au quotidien, qu’on se relaxe ! ».

Je lui demande si Barcelone influence sa façon de travailler et le style qu’il dessine. « Oui bien sûr. Barcelone est un port où les cultures du monde entier se rencontrent et se mélangent, cela influence mon travail sans aucun doute. Tout comme mes voyages. Je voyage beaucoup mais j’aime revenir ici, c’est chez moi, je m’y sens bien. Barcelone est une ville qui jouit d’une excellente image partout dans le monde : moderne, cosmopolite, décontractée. J’aimerais que Avellaneda soit perçue un peu de la même manière. » Si Barcelone semble avoir trouvé là un de ses créateurs de mode des plus prometteurs , le « made in Spain » a quant à lui trouvé un superbe ambassadeur.

Le carnet d'adresse de Juan Avellaneda

Icon
Cette taverne japonaise appartenant au Groupe Tragaluz est située dans un petit passage où se trouvent d'autres beaux restaurants comme El Mordisco ou El Bocagrande, et c'est un de mes endroits favoris pour aller diner. Je pourrai y aller tous les jours! L'endroit est décoré par la designer d'intérieur Sandra Tarruella qui a fait une décoration sobre et minimaliste mais accueillante. J'aime bien l'idée de partager les longues tables avec de parfaits inconnus ou alors de choisir l'option privée pour savourer les propositions du chef en petit comité. On ne peut pas faire de réservation mais l'excuse est parfaite pour pouvoir boire une coupe de champagne en attendant qu'une table se libère et en profitant pour regarder les gens, mélange de touristes, habitués ou personnalités locales.
Icon
Situé sur la rue Trafalgar, cet espace réunit des artistas locaux et nationaux de très bon niveau comme par exemple Oleg Dou ou Peter Halley, ou encore Yago Ortal. C'est une galerie d'art avec une proposition d'art contemporain qui vous donnera envie d'avoir un peu plus d'espace chez vous pour pouvoir en recouvrir tous les murs! Carlos, son propriétaire, sait toujours surprendre avec de nouveaux talents émergents ou des artistes consacrés. Quasiment toutes les oeuvres que j'ai chez moi ou dans le showroom Avellaneda viennent d'ici.
Icon
Cette boutique crée par William Sofiels (qui a fondé de nombreuses boutiques partout dans le monde) est un stop obligatoire pour les amoureux de la mode. A titre personnel, je suis fan de leur sélection de mode masculine présentée à l'étage principal où l'on peut trouver une proposition intéressante de la part des meilleurs créateurs internationaux. On y trouve effectivement ma marque Avellaneda- ce qui pour moi est un immense privilège. On y trouve un agréable café à l'air libre, parfait pour boire un verre de vin blanc en fin de journée.
Icon
Cet endroit set plus qu'un concept-store. C'est un univers crée par le designer d'intérieur jaime Beriestain qui est un bon ami à moi où l'on trouve une belle boutique et un superbe café-restaurant. Tout cela à quelques minutes à pied du Paseo de Gracia. C'est un stop obligatoire pour tous les amoureux de l'esthétisme sous toutes ses formes. Il y a Colette et Merci à Paris, Corso Como et Rosana Orlandi à Milan et Jaime Beriestain nous surprend lui aussi ici chaque jour dans cet espace avec de nouvelles propositions de décoration ou de design. La carte des desserts du restaurant est topissime.