Inscription
Close

Lessus

Musicien-DJ

en répétition au Mutis Club, Eixample

Photos : Paola de Grenet - Textes Lucy Baluteig

Barcelone est une grande ville qui bouge, avec ce que cela implique de cahotique et d'incontrôlé. Et tant mieux.

> Cliquez ici pour lire le portrait dans son intégralité

RDV fixé au cœur du quartier de l’Eixample, premier étage d’un immeuble chic de l’avenue Diagonal, on sonne à une belle porte en bois. S’ouvre devant nous le bar clandestin Mutis Club : un club privé classieux à l’ambiance feutrée et tamisée, dépendance du célèbre restaurant Bar Mut – une adresse chic et intime de la ville où Robert de Niro lui-même a ses habitudes (si si). Lessus joue souvent ici pour des concerts en petits comités et ce soir-là, on l’y retrouve pour une répétition.

L’Eixample est le quartier où est né et a grandi Lessus, musicien et compositeur catalan qui fait swinguer les foules barcelonaises au son de ses chansons FUNK et SOUL. Que ce soit au Bar Mutis ou à l’Hôtel Omm pour des concerts tranquilles et intimistes ou session DJ ultra-dansantes pour des foules déchaînées des bars-boîtes Bar Maroula, Café Royal, Club Doble ou Luz de Gaz, Lessus a le don de s’adapter à son public sans jamais perdre ni son identité ni son énergie. Derrière ses chansons dans un anglais impeccable et malgré un style casual-chic qui pourrait laisser penser qu’il est anglophone se cache donc bien un artiste catalan amoureux de la soul music américaine. « J’ai grandi dans une famille catalane mais mes grand-parents ont du émigrer à un moment donné de leur vie, cela a fait d’eux et de ma famille des gens très ouverts sur l’étranger. Mon oncle est Brésilien et il était musicien dans un groupe brésilien réputé de l’époque, du coup, j’ai grandi au milieu de bossa nova des années 70, le meilleur de la musique Brésilienne selon moi, j’ai tout appris grâce à lui, je suis totalement autodidacte. D’ailleurs, je n’ai jamais vraiment appris le portugais mais je le parle et je le comprends sans problème. »

Une oreille musicale qui fait que Lessus compose sa musique exclusivement en anglais « parce que les paroles ne me sortiraient pas de la même manière en catalan » mais aussi parce que le blues, la soul et funk américains, influences majeures de sa musique, sont ses références.

Barcelone est une grande ville qui bouge, avec ce que cela implique de cahotique et d'incontrôlé. Et tant mieux.

« Je suis allé passer quelques mois à NYC il y a peu, j’avais besoin de me confronter à la ville. Les New Yorkais jouent le même type de musique que la mienne, ça leur parle. J’ai mis plusieurs jours à oser me mettre à jouer tellement j’ai de respect pour cette musique, j’étais intimidé. Et puis c’est venu d’un coup, j’ai joué dans les parcs, dans le métro, j’ai adoré, la ville, l’energie qui s’en dégage. A Barcelone, jouer dans le métro, c’est impensable alors qu’à NYC, c’est une expérience positive et enrichissante, les gens s’arrêtent, t’écoutent, te congratulent. La mentalité par rapport à la musique est totalement différente ».

Il finit par revenir à Barcelone car son cœur est ici mais aussi parce qu’il avait envie de jouer sa musique en Europe, notamment dans les festivals allemands, français ou hollandais. « Avec la crise quand tu es musicien, tu ne peux pas et ne dois pas t’arrêter, tu ne dois jamais t’endormir. J’ai donc créé plusieurs formation ici à Barcelone : Homeless, un duo avec Tito Bonacera – une formation cool et très rafraîchissante car on s’entend très bien harmoniquement, on marche bien ensemble- puis un quarteto appelé Los Antonios -le quarteto typique années 50 où l’on joue avec un uniforme sur un répertoire plus classique-, et puis je joue pour moi en solo Lessus, bien sûr. Ces différentes formations me permettent de pouvoir vivre de mon métier de musicien tout en faisant la musique que j’aime et en jouant différents rôles, ça me plait. Il faut dire que le circuit local des musiciens à Barcelone est cool, on est tous très solidaires, on s’aide les uns les autres, et ça, c’est très important car si il y avait de la concurrence entre nous, on serait tous morts à l’heure qu’il est. »

On parle encore de Barcelone, du côté cosmopolite de la ville que Lessus connaît si bien, lui dont la grande partie de son public est composée d’étrangers. « Je crois que nous les Barcelonais, on a toujours été vu comme avantgardites, cool et modernes. A vrai dire, je ne sais pas si on est vraiment si différents du reste de l’Espagne. On est surtout dans une grande ville qui bouge, avec ce que cela implique de cahotique et d’incontrôlé. Et tant mieux. J’aime cette ouverture, la jeunesse doit prendre la parole. C’est ce que je fais ».

> écoutez et regardez le dernier clip de Lessus ‘Boogieman’ : https://www.youtube.com/watch?v=FnppD__DE4I

Le carnet d'adresse de Lessus

Icon
Quartier du Raval - Il n'y a plus beaucoup de bar comme celui-là dans le quartier. C'est le genre de bar typique que l'on trouvait avant dans le "barrio chino" (le quartier chinois). Les jours où on se retrouve entre potes, on a l'habitude de commencer la soirée ici. C'est un endroit authentique avec des gens authentiques, des habitués du coin. Le prix est très accessible et le service de Jesus, le patron, est incomparable.
Icon
Quartier de Gracia - Que ce soit au déjeuner ou au dîner, la Pubilla propose des produits de saison et des plats typiques de Catalogne. Le rapport qualilté-prix est vraiment excellent. Je répète avec mon groupe juste à côté donc je vais y manger très régulièrement.
Icon
Quartier de Poblesec - J'ai vécu pendant deux ans juste à côté, je venais là quotidiennement. Leur salle du bas donne directement dans une sorte de grande cuisine complètement ouverte sur l'espace, du coup, on a l'impression de rentrer chez quelqu'un avec cette grande table commune au milieu de la pièce. C'est un endroit super agréable pour bosser avec son ordinateur ou bien pour discuter entre amis. Tout est sain et savoureux.
Icon
Quartier du Gotic - Cette place a un charme très spécial malgré son passé triste lié à la guerre civile. Je ne sais pas si c'est pour cela que l'on y ressent une énergie très particulière, outre le fait que ce soit un bel endroit, authentique. La place se trouve juste derrière la cathédrale mais il faut le savoir, elle est à moitié cachée. J'ai passé des beaux moments sur cette petite place.