Inscription
Close

MariLuz VIDAL & Andrew TROTTER – OPENHOUSE

Editeur

dans leur maison, Gotico

Photos : Christina Holmes - Textes Lucy Baluteig

la jeunesse Barcelonaise est créative, très attentive à ce qui se passe à l'étranger

> Cliquez ici pour lire le portrait dans son intégralité

Lancé par le duo anglo-espagnol Andrew Trotter et Mariluz Vidal -amis et colocataires à la vie- l’objectif initial du projet OpenHouse était d’ouvrir l’intimité de leur appartement au public pour présenter des expositions photographiques éphémères dans un cadre unique et intimiste. Pari étonnant et osé, le concept plait. Rapidement, Andrew et MariLuz affinent l’idée en proposant à leurs hôtes la possibilité de dîner : c’est leur ami japonais, le chef Noby Kawagoe, autre colocataire, qui orchestre la partie catering des soirées-sushis où plus de 80 personnes se pressent à peine les invitations lancées. Deux ans plus tard, ce sont plus de 3000 personnes qui sont passées par l’appartement de la rue Fontanella. Le magazine s’est alors imposé comme une déclinaison du concept de base, un prolongement naturel de la démarche « Nous n’avions jamais vraiment pensé au magazine, ça n’était pas plannifié. Mais après deux ans à porter OpenHouse, on s’est dit que le seul moyen de maintenir le projet et de le transformer en une expérience viable et rentable, ce serait de passer par l’ouverture d’une boutique, ou d’un restaurant ou de créer un magazine. » C’est l’option magazine qui est retenue. 500 exemplaires pour le premier numéro se sont écoulés, 5000 le sont actuellement pour le second sorti fin 2014 et qui se retrouve à cotoyer dans les librairies les très hypes et respectés magazines Apartamento, Kinfolk ou Cereal.

Nous rencontrons Mariluz et Andrew dans leur fameux appartement baigné de lumière, qui au moment du shooting, est en phase de changement. « On a trouvé un nouvel espace où je vais m’installer » précise Andrew, « les choses évoluent, c’est bien. » Andrew et Mariluz sont souriants, détendus et volubiles, on comprend à quel point le succès du projet OpenHouse doit aussi être lié à leur personnalité joviale et généreuse. Car OpenHouse est un projet qui parie aussi sur la sincérité d’une démarche humaine et artistique « les gens sentent que l’on parle dans le magazine des choses qui font partie de notre vie et de ce que l’on aime vraiment : l’art, la photographie, le design, la gastronomie. »

la jeunesse Barcelonaise est créative, très attentive à ce qui se passe à l'étranger

Le duo est complémentaire : Mariluz étant photographe dans la vie, il était donc logique qu’elle s’occupe de l’image du magazine. Andrew lui, a été directeur artistique et a toujours travaillé dans le monde du design, il s’occupe donc du styling et de la communication. Le duo s’associe au célèbre magazine Américain de slowlife Kinfolk qui a décidé d’animer sa communauté internationale en organisant des déjeuners dans plusieurs grandes villes autour du globe. Une superbe opportunité pour OpenHouse de gagner en visibilité. « Cela a fait une grande différence pour nous. Kinfolk a fait notre promotion puisque c’est nous qui avons organisé leur évenement local ici à Barcelone et au final, c’est vraiment une situation de gagnant-gagnant, celle d’un groupe de personnes qui collabore car il partage des valeurs communes. »

Les revendeurs du magazine OpenHouse sont partout de Paris à HongKong en passant par la Finlande ou le Canada. « En Espagne, on est vendu dans des villes comme Madrid ou Valencia mais c’est à Barcelone que le magazine se vend le mieux » précise Andrew. « Il faut dire que les jeunes Barcelonais sont dens gens créatifs et sensibles à ce genre de démarche. Ils sont attentifs à ce qui se passe ailleurs, à l’étranger. Barcelone est une ville très cosmopolite, très internationale au même titre que Berlin. Et je pense que la crise a favorisé indirectement une certaine créativité, beaucoup de jeunes se lancent dans des projets ou associations ou montent des groupes d’intérêt. C’est quelque chose que l’on ressent fortement ici dans la ville ». Dans la cuisine, Noby le chef japonais prépare l’apéritif en discutant avec des amies de passage. « Je crois aussi que ce qui fait la spécificité de Barcelone, c’est un certain équilibre entre le travail et le fait de profiter de la vie » précise Andrew dans un sourire. Sans aucun doute.

Le carnet d'adresse de MariLuz VIDAL & Andrew TROTTER – OPENHOUSE

Icon
Hors Barcelone - A environ 1h30 de route de Barcelone, on tombe sur les villages de Rupit et Tavertet qui se font face. Rupit est dans un creux et Tavertet est perché tout en haut d'un précipice avec les plus belles vues de toute la Catalogne. Il y a une splendide ballade de 7kms à faire entre les deux villes avec de bons restaus de cuisine traditionnelle dans chacune des deux villes.
Icon
Hors Barcelone - Si on a envie d'aller nager dans une magnifique crique qui ne soit pas trop éloignée de Barcelone, on vient ici. Posée juste à côté de la ville touristique de Lloret del Mar, à 1h de Barcelone, cette petite 'cala' (crique) est paradisiaque.
Icon
Quartier du Gotic - Lara est une excellente coiffeuse et l'endroit est très sympa, en plein coeur du quartier Gotic
Icon
Quartier du Raval - Un café cool et sympa - que l'on ait envie juste de boire un café ou bien si l'on préfère manger quelque chose de plus consistant, c'est idéal. Le coin est très sympa en soi aussi, à quelques pas du centre et du MACBA