Inscription
Close

Yayatur

Sculpteur

dans son atelier, à Sabadell

Photos : Paola de Grenet - Textes Lucy Baluteig

J'aime le parti-pris de la boutique-gallerie d'art Azul Tierra qui ose mixer art et design d'intérieur

> Cliquez ici pour lire le portrait dans son intégralité

Sabadell, 15mn du centre de Barcelone. Une rue déserte derrière la voie ferrée. Un grand portail industriel entrouvert sur plusieurs petits bâtiments bas de briques aux toits de tuile. Devant l’un d’entre eux, une superbe moto. C’est là que nous retrouvons Jordi Yaya Tur dit ‘Yayatur’, sculpteur catalan aux élégants traits péruviens hérités de son père. « Mon atelier est à Barcelone mais ici, c’est mon laboratoire de travail, disons que c’est fait pour être sali» dit-il dans un sourire. L’espace est brut sans aucun artifice, on se croirait dans un garage automobile avec le coin bricolage débordant d’outils et un autre réservé à la peinture avec pistolets à peinture industrielle, masques à gaz et système de climatisation. Une immense sculpture blanche ivoire de plus de 3mètres de haut et de large emplit l’espace de sa forme ronde et féminine. On dirait un corps de femme, abstrait mais sensuel. Dans sa combinaison d’ouvrier bleue et ses godillots plastifiés maculés de taches, Yayatur est ici en train de finaliser les oeuvres qu’il exposera dans la boutique-galerie Azul Tierra, en plein cœur du quartier de l’Eixample. Avec derrière lui une carrière déjà bien remplie, composée de sculptures réalisées pour les musées locaux (CCCB, Fondacion Miro, Espacio La Cappella) mais aussi divers travaux de création de meubles et installations sonores signés sous le nom de son studio de création-design Coloco Design, Yayatur entame une nouvelle période de sa vie créative.

« J’ai eu besoin de sortir un peu du circuit artistique habituel et de son mode de fonctionnement. Quand on est sculpteur ici, on travaille sur commande, ce que j’ai longtemps fait. Mais j’avais besoin de travailler pour moi, de revenir à l’essence de mon art, de ce qui m’inspire et me nourris profondément». Yaya revient donc à ses premiers amours.

J'aime le parti-pris de la boutique-gallerie d'art Azul Tierra qui ose mixer art et design d'intérieur

Pour ce garçon formé à la prestigieuse école Massana et aux Bellas Artes, revenir à l’essence de son art passait par reprendre le dessin classique : il recommence à dessiner à partir de vrais modèles, travaillant les corps mais aussi les visages. Il cite comme sources d’inspiration les grands noms de l’école française mais aussi Brancusi, Moore, Arp et Murakami. Je lui dit qu’il faut une certaine force et une vraie humilité pour oser sortir du moule et repartir presque à zéro à 46 ans quand on est père de trois enfants. « Ma rencontre avec Toni Espuch (propriétaire de la boutique-galerie Azul Tierra) a été décisive. J’aime beaucoup le parti-pris de sa boutique qui ose mixer art et design d’intérieur. Toni aimait mon travail, il m’a commandé une pièce sur mesure puis il m’a donné carte blanche pour monter une exposition dans la boutique.» Il faut dire que dans un panorama de galeries d’art assez touché par la crise, la boutique Azul Tierra a en effet fait le pari osé de mélanger dans un même espace objets de décoration et œuvres d’art, sans élitisme, simplement. Yayatur saisit la chance au vol.

Une magnifique scultpure en bronze posée sur une table de l’atelier fait penser à un nez très abstrait. « Pour cette exposition, je me suis inspiré de petits morceaux de bois et de petits os dont j’adore la forme organique et poétique, ils me font penser à de l’ivoire. L’idée de les reproduire en format XXL, d’en faire une sculpture immense me plaisait beaucoup. D’où l’utilisation de la fibre de verre que je maîtrise et travaille depuis plusieurs années. C’est un matériau plus versatile et plus léger que le marbre souvent très complexe à travailler dans de telles dimensions. » On sent que l’artiste se régale. Quand je lui demande quel autre sculpteur catalan l’inspire, il dit ne penser à personne mais me parle du designer Jaime Hayon « J’aime beaucoup son travail et je trouve que c’est un artiste véritablement complet, c’est bien plus qu’un designer. Peu de gens de ma génération ont cette capacité là. J’aime la pureté de son travail, et c’est quelqu’un d’une grande simplicité aussi, c’est sans doute ce qui fait sa force ». Un art de la simplicité qui caractérise aussi les œuvres singulières de l’artiste catalan qui revient, avec ce travail, à l’essentiel, aux formes et aux choses simples.

Le carnet d'adresse de Yayatur

Icon
Quartier de Montjuïc - Pour ceux qui ont des enfants sauvages comme les miens (trois unités), la Caseta del migdia est un chiringuito (genre de paillotte-restaurant) vraiment génial caché dans les pins de Montjuïc avec des vues sublimes sur le port. Idéal pour lâcher les petits en plein air pendant que l'on mange de la viande grillée.
Icon
Quartier de l'Eixample - Quinto Primera est pour moi un des meilleurs salons de coiffure de la ville. Juan Calet y officie sur les cheveux mais il gère également la musique et les cocktails! C'est un espace frais et moderne avec une superbe déco réalisée par l'architecte d'intérieur Francesc Pons
Icon
Quartier de l'Eixample - La Fundación Godia est pour moi la meilleure collection d'art de Barcelone. Elle couvre toutes les époques, il y a des sculptures, des peintures, des céramiques. Elle est située dans une belle maison moderniste du beau quartier de l'Eixample et sa taille est idéale, tu ne te lasses pas de t'y ballader d'une pièce à l'autre. Je suis un grand fan de Liliana Godia!
Icon
Quartier de Sant Gervasi - Visite indispensable si on cherche un endroit chic et raffiné pour dîner. C'est un classique de Barcelone pour moi, tenu par Poldo Pomés. Les vendredi soirs, un pianiste vient jouer live, c'est encore mieux!